CEFIM INSIDE #2 Benoist LAWNICZAK, le jeune padawan devenu maître codeur

Actualité

Article publié le 29 juin 2021

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Benoist LAWNICZAK

Faites connaissance avec l’équipe du CEFIM et découvrez les personnes qui forment nos étudiants sur les métiers du numérique ! 
Après le succès du premier CEFIM INSIDE d’Anthony DUPONT alias JS-man, nous restons dans la filière web et développement pour accueillir (roulements de tambour…) Benoist LAWNICZAK !
D’abord étudiant au CEFIM en 2012, Benoist est maintenant référent des formations Développeur Web et Web Mobile.

Qu'est-ce qui t'a motivé à rejoindre le CEFIM?

J’ai fait une formation Infographiste Multimédia (appelé aujourd’hui Designer Web) en 2012 qui s’est très bien déroulée. Je suis resté en contact avec l’équipe que j’appréciais beaucoup et en 2014, j’ai été sollicité pour faire des interventions sur certains modules, puis en 2019, on m’a proposé de rejoindre l’équipe à temps plein.

J’apprécie énormément l’ambiance qui règne au sein du CEFIM, tant entre collègues qu’avec les étudiants. Les méthodes pédagogiques font la part belle à l’humain, et il n’est pas rare que les relations avec les étudiants perdurent bien après la fin de la formation.

Quel est ton rôle au CEFIM?

Je suis référent des formations Développeur Web et Web Mobile. J’interviens en tant que formateur sur les modules HTML, CSS et WordPress. Ma mission en tant que référent consiste à mettre en place le programme pédagogique, programmer les sessions, suivre les stagiaires ou encore être en relation avec les entreprises qui les accueillent.

Benoist Télétravail

Comment ça se passe le télétravail au CEFIM ?

L’avantage des métiers du web, c’est qu’ils se prêtent très bien au télétravail.
Il se trouve qu’avant le premier confinement, nous étions en train de travailler sur un nouveau modèle de formation dit hybride, qui devait se dérouler à 70% en distanciel. Nous étions donc prêts avec tous nos outils en place quand le confinement est arrivé. La transition s’est faite sans douleur.
Aujourd’hui, le télétravail fait partie intégrante de nos formations, mais j’éprouve toujours un grand plaisir à retrouver les étudiants en chair et en os

Quel est le sujet que tu préfères enseigner à tes étudiant.e.s ?

Je suis passionné par le HTML et le CSS. Ce que j’aime surtout, c’est transmettre mon envie de faire un travail de qualité. Cette qualité est loin d’être subjective. Elle s’apprend auprès d’un organisme de formation : Opquast ! 

En fait, il y a une règle principale qui sous tend le web depuis sa création. C’est un outil qui est fait pour tout le monde. Chacun doit pouvoir accéder aux contenus du web, quel qu’il soit, où qu’il se trouve, quels que soient les outils qu’il utilise pour y accéder.

Focus sur Opquast

L’opquast ça veut dire quoi ? 
Open Quality Standards.
C’est un organisme de formation créé par Elie SLOÏM en 2004 dont l’objectif est de fournir une liste des bonnes pratiques pour créer un site web de qualité ou pour en évaluer un.
L’ambition d’Opquast et de sa communauté: rendre le web meilleur. Chaque pas compte.

Un Benoist certifié est un Benoist heureux !

Comment on passe de freelance à salarié ?

Ça n’a pas forcément été facile de franchir le cap de devenir salarié puisqu’avant ça, j’étais à mon compte avec la liberté que ça implique. Mais justement, une des choses que j’apprécie énormément dans cette équipe, c’est que je suis libre de faire les choses comme je le sens. Il y a une vraie confiance et c’était un prérequis essentiel.

Il y a aussi une vraie écoute entre collègues, et on peut toujours compter sur l’aide de quelqu’un dans les moments où on peut être surchargé.

Quel parcours as-tu eu avant d'intégrer le CEFIM ?

J’ai fait beaucoup de choses ! J’ai été accompagnateur de réfugiés du Kosovo, animateur de camps de vacances pour adultes handicapés, médiateur culturel dans une association qui promeut le conte, puis informateur culturel pour le pôle régional des musiques actuelles de Midi-Pyrénées. C’est dans cette dernière association que je me suis mis au web en 2001. J’ai ensuite travaillé pour un e-commerce en tant que développeur, conseiller clientèle et gestionnaire des commandes fournisseur (je faisais tout à part les commandes). 

En 2012, j’ai fait la formation au CEFIM, car j’étais autodidacte et que je ne comprenais pas tout ce que je faisais. J’ai d’ailleurs quelques anecdotes assez drôles de cette époque que je raconte pendant les cours.

Suite à la formation, j’ai été embauché par le CESR où je suis resté un an et demi, puis je me suis mis à mon compte. J’ai créé des sites web pour de nombreux clients et des agences, et j’ai fait de la formation à CEFIM et à l’ESTEN (actuel Cercle Digital).

Vous connaissez la suite ;).

Un fan du web !

Avant d’être un formateur, c’est avant tout un passionné. Il trouve le temps entre deux formations de faire des conventions pour l’AFUP.
Pourtant, ses journées ne durent que 24 heures ! 

As-tu une anecdote croustillante à nous raconter sur l’une de tes promos ?

J’en ai des tonnes, mais je ne peux pas les raconter ici.

Allez, je me lance, et c’est une spéciale dédicace à un ancien stagiaire qui est un ami, il me pardonnera.

Arrivé vers la fin de la formation, nous avons attaqué un module un peu complexe autour de la création de thème WordPress. L’étudiant en question s’est retrouvé en difficulté et il s’est mis à bouder jusqu’à la fin, en mode ordinateur fermé, bras croisés et regard noir. Plus personne n’osait s’approcher de lui 😀

C'est quoi ton style de musique préféré ?

Un de mes morceaux préférés ! 
En plus, ça se laisse écouter sans problème 😉
Une musique vaut mieux que mille mots…

Peux tu nous sortir le gif qui te fait le plus rire ?

Il me fait trop rire, mais en même temps, j’ai pitié pour lui. On sent bien qu’il réalise l’énorme boulette qu’il vient de faire.

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Retour en haut de page