Rencontre avec Christophe BIGOT, président des E-commerçants de la Région Centre

Formation

Article publié le 30 octobre 2017

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

CEFIM lance une nouvelle formation diplômante en janvier. L’animateur e-commerce fait partie des nouveaux métiers émergents. Nous avons rencontré Christophe BIGOT, e-commerçant (noctea.com) et président de l’association des e-commerçants de la Région Centre Val-de-Loire, il nous livre son regard sur cette nouvelle formation.

Bonjour Christophe Bigot, vous êtes e-commerçant (noctea.com) et aussi président de l’association des e-commerçants de la Région Centre (Ecommercentre), pouvez-vous nous présenter votre association ?

L’objectif d’Ecommercentre est de créer un lien entre les e-commerçants de la Région Centre et de les sortir de l’isolement, car, il s’agit souvent de très petites entreprises. Pour aller plus loin, nous échangeons sur nos bonnes pratiques, nos problématiques et bien souvent nous validons nos futures solutions. L’idée est également de sensibiliser notre profession aux enjeux de la transition numérique et de s’entraider pour mieux l’affronter.

Le développement du e-commerce est sur une croissance exponentielle depuis plus de 15 ans, on le perçoit facilement avec les grands acteurs du e-commerce mais est-ce vrai aussi pour les acteurs régionaux ?

Le développement est important pour tout le monde, petits comme grands, mais à condition d’être dans une démarche très active et de remise en cause. Ouvrir un site ne suffit pas pour réussir à vendre. Il nous faut repenser notre métier. Si pour un retailer (revendeur en boutique traditionnelle) convaincre un client est difficile, pour un e-commerçant cela est encore plus dur.

Pour un e-commerçant, quels freins au développement avez-vous identifié ?

Ils sont multiples, pour n’en retenir que quelques uns : le premier danger est de ne pas porter un regard nouveau sur sa démarche et son métier. Le deuxième serait de ne pas voir le e-commerce comme une activité à part entière qui demande beaucoup de travail. Et pour finir, j’ajouterais, bien sûr, le référencement qui ne doit pas être négligé.

Justement, en quoi la nouvelle formation “Animateur e-commerce” que CEFIM démarre en janvier 2018 vous paraît pertinente ?

Des échanges que j’ai pu avoir avec le CEFIM, je trouve intéressant qu’il s’agisse de former une personne polyvalente adaptée aux besoins des toutes petites structures ou des commerçants traditionnels qui souhaitent s’ouvrir vers le commerce numérique. Ce sont au final des profils qui peuvent s’occuper de l’ensemble des problématiques et qui peuvent incarner la marque.

Sur cette formation Animateur e-commerce, quelles sont pour vous les compétences les plus importantes à développer ?

La curiosité et la remise en cause permanente tout d’abord. Ensuite le e-commerce reste avant tout du commerce, il faut donc comprendre la culture client, la culture des commerçants. Enfin et pour insister sur ce point, le référencement est une des compétences essentielles à acquérir.

Parmi les acteurs du e-commerce que vous représentez, combien seraient susceptibles de recruter des profils du type “Animateur e-commerce” dans les mois à venir ?

Je n’ai pas fait de sondage précis, mais lors de la présentation que vous nous avez faite en septembre les réactions ont été très positives. Nous relaierons les demandes de stage et personnellement chez Noctéa, je suis très (très) intéressé… 😉

 

Merci Christophe BIGOT pour cet échange.


Pour en savoir plus :

 

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Retour en haut de page