CEFIM STORIES #4 : Diana, d’agent administratif à développeur logiciel…

Diana a changé de vie en quelques années. Après 3 formations diplômantes chez CEFIM et plusieurs changements de métier, elle est aujourd’hui développeur logiciel dans une entreprise de services numériques à Tours.

Comment en es-tu arrivée à te dire que le développement logiciel était la voie que tu voulais suivre ?

Après 15 ans à enchaîner les boulots alimentaires sans intérêt, une petite annonce du CEFIM dans le journal m’a fait réaliser que c’était dans l’informatique que je voulais m’orienter. 2 formations et 3 ans à travailler en tant que technicien réseau plus tard, je préparais ma sortie d’une longue mission d’intérim quand j’ai vu qu’il semblait y avoir une pénurie de développeurs : des pages et des pages d’annonces pour ce métier que je ne connaissais pas. Après pas mal de recherches, et surtout une participation aux JPO de CEFIM, le développement s’est imposé comme une évidence : un métier où l’on doit sans cesse réfléchir, apprendre, se remettre en question, c’était exactement ce dont j’avais besoin pour m’épanouir professionnellement.

Tu as suivi 3 formations chez CEFIM, comment as-tu vécu ces expériences ?

J’ai enchaîné TAI (technicien d’assistance informatique) et TSRIT (administrateur réseaux) entre 2011 et 2013, puis Développeur Web 2 ans plus tard. Etant sortie du circuit scolaire depuis bien longtemps, j’appréhendais pas mal le “retour à l’école”, mais le staff du CEFIM a su tout de suite me mettre à l’aise. Je m’y suis rapidement sentie bien, à ma place, et pour moi c’est plutôt un exploit ! J’ai été très bien accompagnée, depuis le premier entretien de définition de projet jusqu’au retour à l’emploi, et même au-delà ! Du coup, quand j’ai souhaité me lancer dans le développement, je me suis naturellement tournée vers le CEFIM.

Il paraît que tu as impressionné le jury, tu peux nous en parler ?

// Mais lol -_-’ J’ai le droit de dire non ? C’est mauvais pour ma modestie ^^

En fin de formation nous devons présenter à un jury de professionnels le projet sur lequel nous avons travaillé en stage. En théorie, un tuteur doit nous accompagner pendant toute sa durée pour nous aider et contrôler notre travail. Le mien étant submergé de travail, il n’a jamais eu le temps de lire une seule de mes lignes de code. J’ai donc développé seule une interface utilisateur en PHP, langage que je ne connaissais pas encore à ce moment-là, avec sa base de données et tous ses traitements. J’avais très peur du retour de développeurs professionnels sur mon code, mais ils ont semblé apprécier et m’ont offert leurs félicitations. J’en profite pour remercier Ludovic LAFOLE et Antoine DAVID (mes jurés Développeur Web) pour m’avoir donné confiance en mon travail 🙂

Le monde du développement est plutôt un monde masculin, as-tu rencontré des difficultés dans ton parcours, de la formation à l’emploi, liées au fait d’être une femme ?

Absolument pas ! J’ai vraiment le sentiment que les développeurs sont des gens plus ouverts d’esprit que la moyenne (en tout cas ceux que j’ai rencontrés ^^). S’il y a de la ségrégation envers les femmes dans notre métier, elle est seulement positive : les recruteurs apprécient souvent d’introduire une touche féminine dans leurs équipes. Actuellement, je travaille dans une team de 10 personnes où je suis la seule femme. Je ne suis pas traitée différemment des autres, je suis une des leurs. Seuls comptent mes compétences, mes références cinématographiques, et mon humour !

Développeur logiciel, c’est fait. Est-ce que tu envisages de continuer d’évoluer ?

Bien sûr ! Dans un premier temps je souhaite continuer à approfondir les connaissances et compétences acquises en formation et au travail, et à en acquérir de nouvelles (je pense notamment au Java EE qui me fait vraiment envie). Ensuite, j’envisage de plus en plus sérieusement la possibilité de retourner sur les bancs du CEFIM une dernière fois pour suivre la formation CDI, ce qui me permettra d’une part de compléter et diversifier mon éventail de compétences, mais aussi d’obtenir le niveau d’ingénieur, le diplôme étant très important en France.

Merci Diana pour cette interview sans rutabaga !


Retrouvez Diana EGEA sur :

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/diana-egea-93717a108/

Et toutes les infos sur les formations technicien d’assistance et développeur web :
https://www.cefim.eu/formation-technicien-assistance-informatique/
https://www.cefim.eu/formation-developpeur-web/