CEFIM Stories #10 : Anthony PLOTON, de conducteur routier à technicien réseaux…

CEFIM Stories

Article publié le 27 août 2018

J'ai bien cherché afin de ne pas gâcher cette chance et me suis dit : puisque je baigne dedans, depuis tout gamin, autant se diriger vers ces métiers et faire quelque chose que j'aime.

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Qu’est-ce qui t’as motivé à changer de métier et pourquoi partir dans les métiers du réseau ?

Tout d’abord, conducteur routier, ce n’est pas le métier dont je rêvais donc quand l’entreprise où je travaillais a mis la clé sous la porte, j’ai eu la possibilité de faire une reconversion. J’ai bien cherché afin de ne pas gâcher cette chance et me suis dit : puisque je baigne dedans, depuis tout gamin, autant se diriger vers ces métiers et faire quelque chose que j’aime.

Qu’est-ce qui t’as amené chez CEFIM ?

Le Cefim était à l’époque l’un des rares organismes de formation proposant du contenu adapté aux métiers de l’IT et la personne qui m’a accompagné lors de ma reconversion m’a naturellement dirigé vers celui qu’elle connaissait le mieux.

Comment as-tu vécu ta formation chez CEFIM ?

En TAI (Technicien d’assistance informatique), tout s’est très bien passé car c’était de mon niveau, je connaissais peut-être la moitié du contenu de la formation du fait de mon expérience en autodidacte. En TSRIT (Technicien supérieur réseaux informatiques et télécommunication), ce n’est plus la même chose, il faut travailler dur car le niveau est (un peu) plus élevé. Heureusement, les formateurs sont très compétents et la patience de Bertrand ainsi que l’humour légendaire de Thomas font que ça ce passe bien.

Quel est ton meilleur souvenir de ta formation ?

J’hésite entre les rencontres que j’ai pu faire au Cefim ou l’obtention de mon diplôme. Et j’oublie surement des choses…

Est ce que tu as encore des contacts avec CEFIM aujourd’hui ?

Oui régulièrement et j’essaie de passer de temps en temps. Je suis venu faire un petit retour d’expérience, il n’y a pas longtemps. Je parle toujours un peu trop mais j’aime mon métier.

On pourrait penser que les réseaux, c’est un truc un peu ennuyeux, comment tu t’éclates dans ton métier aujourd’hui ?

Alors non, ce n’est pas ennuyeux car tous les jours, j’apprend de nouvelles choses et comme je suis le seul technicien, je ne vois pas les journées passer.

Je peux aussi bien travailler chez les clients que depuis mon bureau car, de plus en plus, nos serveurs sont hébergés en ligne.

Avec du recul, comment as-tu vécu cette phase de reconversion ?

Plutôt sereinement car nous étions très bien encadrés.

Quels conseils donnerais-tu à de futurs étudiants ?

D’être curieux et de ne pas avoir peur de s’attaquer à des technologies qu’on ne maîtrise pas.

 

CEFIM : Merci Anthony pour ton témoignage !

 

En savoir plus sur la formation TSRIT (bientôt TSSR)

Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Retour en haut de page